Auteur: Claudia Vona

Traduction en français : Federica Bonapace

 

Récemment, je suis tombée sur cette annonce de travail :


« On recrute traductrice pour foire: hauteur minimum 170 cm »


Curieuse de savoir quel type de personne ils cherchaient réellement, j’ai décidé de lire l’annonce dans les détails. Mais, c’était encore floue. Est-ce qu’ils cherchaient une hôtesse ? Un mannequin ? Une interprète ? Une traductrice ? Et puis, pourquoi rigoureusement femme ?

Donc, j’ai décidé d’écrire cet article pour clarifier les différences parmi ces figures professionnelles, mais procédons par étapes !

Si vous avez lu l’article « J’ai besoin d’un interprète : qu’est-ce que je fais ? » en quoi consiste le travail d’un interprète ou d’un traducteur devrait être absolument clair. Rien à voir avec podiums et fashion show.

Toutefois, j’ai souvent trouvé des annonces dans lesquelles on demandait une taille maximale ou une hauteur minimum, dans lesquelles on demandait d’attacher au cv une ou plusieurs photos « en pied » ou, en plus, ils cherchaient ce que l’on appelle « bonne mine »

Facilement compréhensible cette dernière: on aime tous travailler avec des personnes belles et souriantes, habillées de manière adéquate au contexte et qui sachent respecter le client. Mais, à mon avis, quelque fois on est trop exigeants et on confond la bonne mine, qui devrait faire référence à la façon de se rapporter et de se présenter au client, avec la beauté et la forme physique.


Quelquefois on arrive, malheureusement, à des situations presque paradoxales :


« Vous n’utilisez jamais des lentilles de contact ? Parce qu’à certaines conférences les interprètes qui portent des lunettes ne sont pas acceptés … » c’est ce qu’on m’a dit pendant un entretien ou j’aurai dû accompagner un groupe d’architectes à une conférence et après faire du
chuchotage.

Mais revenons à l’annonce que j’ai choisie comme exemple. Je commencerai en disant que traducteur et interprète ne sont pas exactement la même chose. Tous les deux s’occupent de traduction, c’est vrai, mais avec une petite différence: pour l’expliquer dans la façon la plus simple possible on peut affirmer que le traducteur travail avec le clavier alors que l’interprète avec sa voix: le premier, généralement, à son bureau, le deuxième se rend sur le lieu de travail (à ce propos, je vous conseille de lire l’article de Tommaso). Un professionnel peut être absolument capable d’accomplir les deux tâches mais dans des contextes différentes. Dans le cas de notre annonce, donc, il ne serait pas approprié d’utiliser « on recrute une traductrice » mais « on recrute une interprète ».

Effectivement, comprendre si pour une foire est nécessaire un interprète ou un assistant au stand n’est pas toujours si immédiat. L’assistant au stand (qu’on appelle hôtesse ou steward) a la tâche d’accueillir le client ou le visiteur, demander la carte de visite, enregistrer des contacts éventuels, distribuer le catalogue et donner des informations sur les prix ou sur les produits. Si on va demander un interprète, toutefois, cela signifie que l’agence a besoin d’un médiateur linguistique, capable de faire d’intermédiaire parmi les parties et que, généralement, assis à son bureau, soit capable d’effectuer une interprétation de liaison, en aidant à passer les accords ou les contrats, prendre des rendez-vous et exposer les exigences du client potentiel.

Les tâches (et les tarifes aussi) sont, donc, complètement différentes. Souvent les agences, surtout si petites, décident d’unir les deux figures dans un seul professionnel. Encore une fois, on peut le faire ! À condition qu’il soit précisé, de manière qu’on n’embauche pas un interprète qui ne fera aucune activité d’interprétation; ou confier la négociation d’un contrat à un assistant au stand qui n’a pas nécessairement les techniques et les compétences adéquates pour une interprétation de liaison.

Si la figure devait seulement accueillir les clients et donner une bonne image au stand, toute demande pourrait être légitime. Dans le cas de l’interprète toutefois, il est vraiment nécessaire que le professionnel ait acquis les techniques et les compétences nécessaires pour faire face à l’insidieux monde de l’interprétation, autrement il pourrait y avoir des empêchements désagréables.


Il existe, peut-être, un cas considéré compréhensible et, quelquefois, nécessaire pour demander la taille d’une personne qui va travailler dans le stand.


Ça se passe surtout pendant les foires dédiées aux vêtements. L’hôtesse pourrait porter des robes de l’entreprise qu’elle représente s’il y a la nécessité. Dans ce cas, toutefois, on ne peut pas parler d’interprète (et néanmoins de traducteur), mais on pourrait définir cette figure comme hôtesse ou mannequin qui parle anglais, si l’interaction avec des clients étrangers l’exigeait.

En conclusion, je voudrais me concentrer sur un autre point : ces annonces sont souvent écrites au féminin, donc pour seules femmes. Malheureusement, cela empêche aux collègues hommes la possibilité de poser sa candidature.
Seulement dans quelque cas il pourrait y avoir la nécessité de s’adresser de façon spécifique à un homme ou à une femme; dans le cas d’une simultanée par exemple – et cela se passe surtout pendant les émissions de télévision – on demande exprès une voix masculine ou féminine pour donner une majeure uniformité avec la voix de l’invité; ou encore parce qu’il y a une rapide alternance de voix: le public de cette façon pourrait identifier l’orateur qui vient d’intervenir selon la voix de l’interprète. Dans d’autres cas l’interprétation peut être faite par un homme ou une femme, sans distinctions de genre.

Finalement, je voudrai dire que le travail de l’interprète est un travail délicat, qui doit être « manipulé avec précaution ». Il n’est pas facile de s’orienter dans un secteur de niche comme ceci et le risque de s’exposer à des stéréotypes est élevé. La seule chose qui compte et qu’il ne faut jamais oublier quand on a besoin d’un interprète ou d’un traducteur est qu’il faut toujours s’adresser à une personne compétente, même si, hélas, elle est une taille 44.

 

 

As-tu aimé cet article?

Tu pourrais aimer aussi:

J’ai besoin d’un interprète : qu’est-ce que je fais ?

L’importance d’une formation professionnelle : on naît interprètes ou on le devient ?

ou