Auteur: Giulia Arletti

English translation: Martina Pozzi
Traduction en français: Claudia Vona
Traducción en español: Ilenia Montana

 

Vous est-il déjà arrivé d’organiser un colloque, une réunion (ou un meeting, pour utiliser un langage un peu plus international), une conférence, une visite d’entreprise etc. pour vous rendre compte qu’un certain moment vous aviez besoin d’un interprète? Quoi maintenant ? Dès que vous commencez à vous documenter vous devez faire face à un véritable mur fait de concepts bizarres et de noms étranges que nous, les experts du secteur, vous énumérons sans cesse.

Ne vous inquiétez pas, cet article peut être une guide simple et modeste pour comprendre ce bizarre et compliqué monde de l’interprétation. L’interprète que vous allez contacter va être fondamental dans la recherche de la technique d’interprétation convenable à votre évènement. La première chose fondamentale à comprendre est qu’il n’existe pas une seule façon d’interpréter, au contraire ! Le choix entre une technique ou une autre est fait selon de différents paramètres.

Pas de soucis, je ne vais pas vous présenter une démonstration mathématique et le monde du journalisme va nous aider, avec ses célèbres 5 W!

Essayons de voir comment chaque type d’interprétation peut être convenable, ou pas, à votre événement.

INTERPRÉTATION DE LIAISON


Ilenia Montana pendant une interprétation de liaison

Qui: deux personnes ou deux groupes de personnes qui parlent des langues différentes + un interprète comme intermédiaire.

Quoi: il ne faut pas avoir de technologies spécifiques, sauf un bloc pour les notes.

Comment: l’interprète se trouve au « centre » et il agit comme un pont entre un interlocuteur et l’autre. La personne A dit ce qu’elle doit dire, l’interprète traduit pour la personne B qui répond dans sa langue. L’interprète traduit pour A et cela continue à l’infini. Pensez à un match de tennis : les interlocuteurs sont les joueurs, le message est la balle. L’interprète fait à ce que la balle n’aille pas contre le filet, mais qu’elle arrive sans problème à l’autre joueur !

: cette technique peut être utilisée dans des situations différentes : dans des foires, dans une entreprise, à l’hôpital, pendant des interviews, dans un contexte juridique etc.

Quand: remarquez que les temps sont redoublés, parce que tout ce qui est dit doit être répété. Si elle est combinée avec la technique du chuchotage (duquel on parlera tout à l’heure) dans une des deux directions alors les temps sont plus courts.

 

INTERPRÉTATION CONSÉCUTIVE


Des notes de consécutive

Qui: une personne qui parle une langue doit parler à un public qui parle une autre langue + un ou deux interprètes (selon la longueur de l’évènement).

Quoi:un bloc pour les notes, un stylo, un micro.

Comment : l’orateur s’adresse directement au public, en parlant pendant quelques minutes (il vaut toujours mieux de ne pas dépasser les 8-9 minutes pour ne pas trop charger la mémoire de l’interprète et, surtout, ne pas ennuyer le public). En même temps, l’interprète prend des notes grâce à une technique spécifique, unique pour chaque interprète, résultat de ses études, des langues qu’il parle ou des analogies qu’il crée entre symboles et mots. L’interprète utilisera ses notes pour traduire le long discours de l’orateur sans en perdre aucun morceau.

Où : dans des salons, des salles, des théâtres, des cinémas, des librairies etc. Elle est utilisée quand on n’a pas la possibilité d’installer la technologie nécessaire pour une simultanée (une cabine pour les interprètes et des casques pour le publique).

Quand : La consécutive aussi peut présenter des problèmes de temps. Il faut tenir compte du fait que, chaque fois que l’orateur parle pendant des minutes, le public écoute une personne parler dans une langue qu’il ne comprend pas. Ces longues « pauses » peuvent ennuyer le public et faire baisser leur niveau d’attention.

 

CHUCHOTAGE


Tommaso Adami pendant un chuchotage

Qui: les orateurs et la plupart du publique parlent une langue, tandis qu’une ou deux personnes en parlent une autre + un interprète.

Quoi: aucun équipement particulier n’est nécessaire.

Comment : cette technique est aussi appelée interprétation chuchotée. L’interprète est assis à côté de la personne étrangère et interprète directement à l’oreille, simultanément au discours de l’orateur. Avez-vous jamais vu une émission télé avec des invités internationaux ? À chaque fois que ces émissions accueillent des invités étrangers vous pouvez toujours voir l’interprète assis à côté d’eux qui chuchote la traduction directement à leurs oreilles : voici un excellent exemple de chuchotage !

: dans différents type d’évènement publiques ou privés, pendant des réunions, des interviews ou des shows télévisés.

Quand : cette technique est excellente pour économiser du temps et s’il n’y a qu’une ou deux personnes qui nécessitent de la traduction. Elle peut être combinée avec la consécutive pour raccourcir les temps. Toutefois, cette technique fatigue beaucoup la voix de l’interprète et il n’est pas facile de l’utiliser pendant longtemps.

 

INTERPRÉTATION SIMULTANÉE


Fabiana Grassi dans une cabine de simultanée

Qui: les orateurs et le public qui parlent les langues les plus diverses + des interprètes qui puissent traduire d’une langue à l’autre ou qui aient une langue en commun.

Quoi: une cabine insonorisée avec des casques et un micro + des casques pour le public ;éventuellement on peut utiliser un bidule.

Comment : il s’agit probablement de la technique la plus connue de l’interprétation. Tout se passe « simultanément », avec un écart de vraiment peu de secondes. L’orateur parle dans sa langue au micro. Les interprètes, assis dans la cabine insonorisée, écoutent les mots de l’orateur dans les casques et en même temps les traduisent dans la langue parlée par le public, en parlant au micro. Les casques des auditeurs sont syntonisés sur le canal de l’interprète, mais ils peuvent passer d’un canal à l’autre selon le nombre des langues parlées lors de la conférence. Pour vous donner un exemple toujours lié au monde de la télévision, c’est ce qui se passe quand vous entendez la traduction d’une interview à des invités internationaux. Normalement, dans un contexte différent de la télé le public entend la voix de l’interprète dans des casques, pas en oversound.

: dans toutes les salles à congrès, les théâtres, les espaces où il est possible d’installer les cabines pour garantir l’insonorisation correcte.

Quand: cette technique est celle qui vous permettra d’économiser le plus de temps, comme tout est traduit presque, et je répète presque, à l’instant.

 

Voici la conclusion de cette rapide présentation des techniques d’interprétation. Dans les prochains articles nous allons analyser dans les détails chaque technique et aussi comment bien se préparer pour un événement international.

 

Stay tuned!

 

 

As-tu aimé cet article?

Tu pourrais aimer aussi:

Organiser des évènements internationaux : 10 astuces pour réussir

Les difficultés de l’interprétation : comment leur faire face grâce à la collaboration entre client et interprète

L’importance d’une formation professionnelle : on naît interprètes ou on le devient ?

ou